Une résonance se fait jour.

12065530_908146752574301_5028901003516888043_n
http://mamiebigoude.restaurant/

Depuis que je suis Tourangelle ou tout au moins proche de cette ville, je renoue petit à petit avec une vie sociale que j’avais oubliée depuis un moment. Cette proximité de la ville facilite le fait de me décider à 10 h du matin, alors que je n’ai rien prévu, à téléphoner à une amie pour un déjeuner ensemble, c’est ainsi que je retrouve Rosana ce jour-là pour un moment sympa dans cette crêperie qu’elle m’a fait découvrir, et que nous y parlons aussi de nos projets communs.

Quelques visites rapides dans des boutiques, non décidément ce n’est pas mon truc ! quelques démarches à faire pour Rosana et nous nous installons pour prendre un thé, alors que j’appelle Enzo pour qu’il se joigne à nous. C’est connu : je suis la pro de la mise en relation.

Alors que celui-ci nous a rejoint et que les présentations sont faites, c’est le moment de se dévoiler un peu plus. De fil en aiguille, voilà qu’il s’agit de parler de nos racines, non seulement de là où sont nos pieds mais bien de là d’où nous venons.

Et voici que dans la conversation, j’entends à nouveau parler de Joao, il n’y a qu’une langue du Brésil – d’où vient Rosana, au Portugal – d’où vient Joao, mais non le dialogue reste en français, et cela me parle à moi, à qui il est si souvent demandé si je suis portugaise.

En vérité  je suis bien française, même si ce prénom Maria, qui est réellement celui de mon état-civil, je ne le porte réellement que depuis une dizaine d’années, ayant été Marie-Hélène pendant les nombreuses années qui ont précédé.

Et si parmi les quelques relations qui me restent de ces années, il en est qui me reconnaissent comme Maria, il en est encore quelques-uns qui me nomment encore Marie-Hélène. c’est aussi le cas de toute ma famille et je me sens même parfois dans l’obligation lors d »un appel téléphonique de me présenter ainsi, pour être reconnue : c’est le cas avec oncles et tantes, et même avec mon père, un peu sourd, quant à ma mère je ne me présente pas mais il m’est parfois nécessaire de parler un peu plus pour qu’elle sache qui l’appelle.

Je n’en suis pas encore à me demander où sont mes racines, ce jour-là mais une certaine résonance se fait jour et aussi une envie de rencontrer ce Joao dont j’entends parler pour la deuxième fois en quelques semaines.

Le moment ne semble pas encore venu ……

 Veigné le 8 mars. Maria

PS : j’ai obtenu un scoop pour le 27 mars 2016, pour en savoir plus inscrivez-vous ici, ce sera en direct

3 réflexions au sujet de « Une résonance se fait jour. »

  1. Coucou Maria,

    Ben voilà… encore ! Comme quoi ! L’histoire de ton prénom résonne comme une sœur avec celle du mien, composé également jusqu’à ce que je décide de le modifier en passant par les Instances. Ma famille a réagi comme la tienne, mais moi, j’ai retrouvé mes racines (ma véritable identité) et rendu le sien (son prénom) à celle à laquelle il appartenait vraiment ! Belle richesse que nos histoires à tous.

    1. merci Marie de ce message pour moi comme tu le lis retrouver mes racines n’est pas si facile car c’est vraiment comme si j’étais née en prenant mon vrai prénom d’état-civil.L’erreur dûe à je ne sais pas  » quel hasard  » était la différence entre le registre d’état-civil et le livret de famille de mes parents, différence qui ne m’a été signalée que lors de la transcription de mon divorce par la mairie de mon lieu de naissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.