Archives du mot-clé co-création

J’apprends à nager.

Dans le cadre de la formation de l’école des.Femmes Lumière,  à laquelle je suis inscrite depuis un mois maintenant, je faisais hier mes exercices : celui-ci consistait à poser trois questions à l’Oracle, sachant pertinemment que les réponses étaient en moi, il s’agissait  bien d’un exercice préliminaire à un chapitre sur l’intuition.

J’avais ainsi rédigé la troisième question , ayant dû choisir, puisque j’étais limitée à trois questions.

  • comment connaître l’étape suivante dans l’accomplissement de ma mission de guide spirituel ?

Ceci étant la formulation que j’en avais fait, ayant rendu mon devoir, en attente de validation par Béatrice, la bienveillante accompagnatrice en charge de nous orienter vers des formulations précises. Continuer la lecture de J’apprends à nager.

Bilans et perspectives.

Je ne sais pas pour  toi qui me lis, mais pour moi un 28 décembre, c’est l’heure des bilans, d’autant que je termine un cycle ( fin de mon année 9) et tout à la fois quand une page est tournée, c’est une merveilleuse page blanche sur laquelle  je peux commencer à me projeter! Wow !january-1041630__180

Pas canal, pas médium, pas dans mes ressentis, pas, … pas ….. Allez ceci est définitivement derrière moi, d’autant que en y réfléchissant bien, je suis quelqu’un de très spontanée, ainsi à la réception d’un mail ou d’un appel, je démarre ce qu’on peut appeler « sur les chapeaux de roues « .

Mais ceci est vrai également, j’allais dire pour des décisions mais en réalité ce n’est pas le mot juste, puisque justement je n’ai rien décidé, ayant juste acté instantanément en réponse à une force insoupçonnée émanant de je ne sais où.

Et toi, est-ce le moment de démarrer ainsi, juste parce que tu le ressens ?

Pour moi, c’est ainsi

  • que j’ai « signé » pour Amway en 1984,
  • que j’ai « signé » pour une rupture de vie de couple en 2006,
  • que j’ai « signé » pour le chemin de saint Jacques de Compostelle en 2007,
  • que j’ai « signé » pour une formation avec Laurent Chenot début  2013,
  • que j’ai « signé » pour un festival des Z’éveilleurs en mars 2014
  • et pour en finir avec cette liste non exhaustive que j’ai « signé » au début de ce mois avec le marketing participatif, écoutant mon intuition tout en faisant totalement confiance à Sylvain dont je connais les talents de marketeur, et confortée dans ma décision en découvrant que Laurent était lui aussi investi dans ce projet.
  • c’est d’abord en m’inscrivant à ce séminaire que j’ai signé,  la suite étant en option, option que j’ai choisie le lendemain de mon inscription au séminaire

Pour en revenir à cette page blanche, j’y écris ma Vision de tenir une lampe allumée, qui puisse éclairer le chemin d’un nombre toujours grandissant de mes frères et soeurs. Et j’y écris l’engagement « d’aller au bout de mes rêves »

Cette Vision s’organise autour de deux pôles l’un fixe et l’autre itinérant. Et je découvre ce matin que j’avais seulement pressenti en « signant » début décembre, c’est que cette opportunité est là comme un tremplin à la réalisation de ma Vision.

Pour l’avoir expérimenté déjà dans les années 80 avec Amway, non pas du côté des organisateurs mais du côté des visiteurs, je vais pouvoir vous transmettre mon témoignage  au cours de séminaires sur le web ou en live, pour peu que vous choisissiez de nous rejoindre dans cette activité, le bonus étant que toutes les conditions matérielles me seront offertes sur un plateau, me laissant tout le loisir de me consacrer à moi-même et au contenu que je sais pouvoir partager.

Mon cadeau de bienvenue, ce séminaire animé par Laurent, Sylvain, Marie et Robert, et certainement d’autres invités surprises.
Ça se passe à PARIS , le 6 février  et c’est seulement 12 euros.

Et puis comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, Il se passera aussi quelque chose  en Belgique, avec Marie et Robert , mais aussi Sophie du site « réussir au féminin »  et Julien, le révélateur de potentiel et d’autres encore

Ça se passe à Bruxelles le 16 janvier

Toute à la joie de nous y retrouver.

Avoir et Être, réconciliés à la façon d’Yves Duteil.

Loin des vieux livres de grammaire, écoutez comment un beau soir
Ma mère m’enseigna les mystères du verbe être et du verbe avoir…
Parmi mes meilleurs auxiliaires, il est deux verbes originaux
Avoir et Être étaient deux frères que j’ai connus dès le berceau
Bien qu’opposés de caractères, on pouvait les croire jumeaux
Tant leur histoire est singulière mais ces deux frères étaient rivaux
guitare flamencoCe qu’Avoir aurait voulu être, Être voulait toujours l’avoir
À ne vouloir ni dieu ni maître, le verbe Être s’est fait avoir
Son frère Avoir était en banque et faisait un grand numéro
Alors qu’Être, toujours en manque, souffrait beaucoup dans son ego
Alors qu’Être toujours en manque, souffrait beaucoup dans son egoPendant qu’Être apprenait à lire et faisait ses humanités
De son côté sans rien lui dire, Avoir apprenait à compter
Et il amassait des fortunes en avoirs, en liquidités
Pendant qu’Être, un peu dans la lune, s’était laissé déposséder
Avoir était ostentatoire, dès qu’il se montrait généreux
Être en revanche, et c’est notoire, est bien souvent présomptueux
Avoir voyage en classe Affaires, il met tous ses titres à l’abri
Alors qu’Être est plus débonnaire, il ne gardera rien pour lui
Alors qu’Être est plus débonnaire, il ne gardera rien pour lui

Sa richesse est tout intérieure, ce sont les choses de l’esprit
Le verbe Être est tout en pudeur et sa noblesse est à ce prix…
Un jour à force de chimères, pour parvenir à un accord
Entre verbes ça peut se faire, ils conjuguèrent leurs efforts
Et pour ne pas perdre la face au milieu des mots rassemblés
Ils se sont répartis les tâches pour enfin se réconcilier
Le verbe Avoir a besoin d’Être parce qu’être c’est exister
Le verbe Être a besoin d’avoirs pour enrichir ses bons côtés
Et de palabres interminables en arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables ont pu être et avoir été
Et de palabres interminables en arguties alambiquées
Nos deux frères inséparables ont pu être et avoir été.