Archives du mot-clé accueil

Merci à la technique via Corentin.

Voilà bien quelques jours que rien ne s’était imposé de cette façon, le matin au réveil. Et aujourd’hui pas d’hésitation je me lève avec l’intention de réaliser un document pour ma prochaine intervention sur ADN nouveau paradigme ce 25 mai prochain.

Mais c’est compter sans Mr mental qui se met encore une fois en travers de la voie du coeur. Le jour commence à poindre quand j’allume l’ordinateur et quand j’aurai pu ouvrir directement Power-Point, c’est le mail de Cristina qui est resté à l’écran. Continuer la lecture de Merci à la technique via Corentin.

Retrouver la sérénité : ce livret vous est offert

 La sérénité et le départ d’un proche .

 »   Laisser le temps agir ou bien Agir et re-vivre ? « 
  • Vous avez toujours souhaiter rester en « bons termes » après une rupture ?
  • Vous vous êtes sentis abandonné, trahi, désemparé, triste , en colère après une séparation, d’autant plus si celle-ci était rendue plus encore définitive  après un décès ?
  • Vous n’êtes toujours pas « remis » de la perte d’un être cher ?le deuil ebook couv

Ce livret m’a été inspiré par tous ces vécus que j’ai traversés et  par le coup de pied aux fesses de LA VIE lors du passage de Christophe, en ce mois de mars 2016.

Ce livret est pour vous : qu’il vous offre des envies de Paix et de Sérénité retrouvées en vous libérant  et en libérant l’Autre simultanément, car là est véritablement la puissance de ce travail intérieur.

Inscrivez-vous ici et recevez le lien de téléchargement

dans votre boite aux lettres électronique.

Bonne lecture et bonne transformation, et vous pourrez dire avec moi  ce joli texte :

  » Tu peux partir… tu resteras toujours présent dans ma vie avec tout ce que tu m’as donné, enseigné, témoigné…

L’avenir a le pouvoir de nous éloigner physiquement, mais il n’a pas la force de me priver de ce que j’ai reçu de toi.

Peut-être m’obligera-t-il à t’ apprivoiser dans une nouvelle présence, mais jamais il ne m’interdira de me réjouir de ce que je conserve de nous.

Rien, non rien ne peut altérer ce que nous avons vécu de beau ensemble.

Les relations sont comme des rêves : elles meurent seulement le jour où on les abandonne.

Tu es parti, mais tu habites ce que je suis devenue…

Et je garde au fond de mon cœur l’espérance de tes bras dans notre ultime rencontre.  »

Paix et sérénité après le départ d’un proche.

Au moment d’établir la liste de mes invités d’avril 2016 pour la webtélé ADN nouveau paradigme, il m’est apparu comme une évidence que cette date symbolique pour moi du 10 AVRIL ne pouvait que m’être destinée. J’ai donc demandé à Joao de prendre la relève du présentateur et d’être son invitée.

Le 10 avril était la date anniversaire de Michel,  parti en 1998. J’avais choisi cette date neuf années plus tard pour partir sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle, ce chemin qui a été pour moi riche d’enseignements et aussi de réconciliation avec un mari disparu trop tôt. Voici que neuf années ont passé à nouveau et que c’est au tour de Christophe de rejoindre la Lumière.570281fec1733-text

Les « hommes de ma Vie » s’en vont, me confiant mission d’accompagner celles et ceux qui traversent ces moments douloureux, en transmettant mon témoignage : oui ils sont vivants, oui il est possible de trouver la Paix et la sérénité après le départ d’un proche.

le livret  :  » la sérénité et le départ d’un proche  » est à votre disposition en téléchargement gratuit

7 avril 2016  – Maria

Deux heures et un bain plus tard.

Ce même lundi 4 janvier, après un réveil matinal pour cause d’inspiration, quelques heures d’écriture donc, un petit-déjeuner détox, retour au jus de carottes/pomme/gingembre – c’est tout ce qu’il reste avant le marché du mardi et après quelques jours en Normandie pour un Pas Sage si bien accompagné par un groupe tout Amour, Bienveillance, Soutien et Ouverture.

Cela permet à chaque Un et chaque Une des métamorphoses plutôt plus que moins spectaculaires, révélation à Soi-m’aime juste suscitée par l’inter-action entre les participants. Ainsi je relatais ce matin que le seul fait d’avoir osé me dire, exprimer mes envies, m’avait offert la possibilité de sortir encore plus de ma chrysalide et de déployer un peu plus mes ailes.

Ceci étant posé sur la page de l’ordinateur et même sur le blog, me voici devant une nouvelle page blanche et le bain est propice à la méditation pour moi qui ne suis toujours pas une pratiquante assidue de ces pauses inactives. En cela j’étais aux anges pendant ces quelques jours, car en Normandie, la méditation est plutôt active. Merci jean- Claude.

 En effet, dans le bain cette phrase : il y a dans mes chansons, tout ce que je n’ai pas osé te dire ……. Non je ne chanterai pas, Je suis juste en Vie de l’écrire, de te l’écrire, puisque James, c’est toi en l’occurrence qui par la grâce de ta Présence et de ton écoute bienveillante, a permis que je m’autorise à enclencher ce processus de libération, car pour moi, quand le Verbe se fait chair une première fois, il ne me reste plus qu’à le déshabiller des émotions pour pouvoir le transmettre.

Ce que je n’ai pas osé exprimer c’était mon envie de passer une nuit avec Toi. Et ce matin je revis ces différents moments proches de toi.couple

Je souhaite ici faire abstraction de ma souffrance du 31 décembre, toutefois teintée d’un bémol puisque j’ai échappé à certaines de tes invitations, que tu as réservées à d’autres, preuve magnifique pour moi de ce que j’émets comme vibrations et que consciemment ou non tu as captées.

Mais de cette soirée je ne dirai pas plus, par contre j’évoquerai à nouveau avec joie, cette courte ballade du jour de l’an durant laquelle comme à mon habitude, je me suis dite allègrement, simplement, facilement, mais aussi au cours de laquelle j’ai eu conscience de mes progrès dans l’écoute.

 Merci cher ami – révélateur, car comme indiqué par ailleurs, chaque expérience ne peut se vivre qu’avec un partenaire. C’est aussi un qualificatif que je m’applique souvent à moi-même révélatrice de talents, accoucheuse, associé à celui d’éveilleuse, consciente que ceci est vrai pour chaque être humain, partie prenante dans les expériences de l’autre.

 J’ai laissé tomber les barrières que je m’étais mise la veille, et aujourd’hui je conscientise l’épaisseur du blindage quand je repense à ce que j’ai vécu avec le père de mes enfants.

 Est-ce mon authenticité qui a agi ? Est-ce le lâcher-prise ? Est-ce le fait de me sentir sécure dans tes bras ? Est-ce enfin l’abandon de cette forme de pouvoir, de vouloir aider l’autre ? Est-ce l’apprentissage de la patience, du respect du rythme de chaque Un comme je l’ai évoqué avec toi ? Est-ce un mélange de tout cela ? Est-ce ma peur, la tienne ou nos peurs réunies qui t’ont fait retirer ta main de mon dos à l’instant précis ou je sentais une pointe de désir sourdre dans ma colonne vertébrale ?

 Aucune sorte d’importance, puisque je n’ai pas osé verbaliser mon En Vie   de passer une nuit avec toi, envie qui ne s’est manifestée que ce matin du 2 janvier, et qui m’indiquent clairement ce qui est  juste pour  mon âme, ces fameuses évidences qui s’imposent vers les 4 heures du matin le plus souvent. Mais à ces désirs qui se manifestent de cette façon, il ne m’est pas si simple de dire OUI à postériori, quand déjà l’égo, le mental se sont déjà interposés à grand renfort de questionnements, de peurs, de doutes……

Et là je peux identifier ce dont je porte encore mémoire, mémoire tant individuelle que collective.

  • La peur du jugement
  • La peur du rejet
  • La peur de l’abandon
  • Et bis repetita placent, mes témoignages s’ajoutent à ceux de mes sœurs en ce domaine.

 Et pourtant je me visualise me lover dans tes bras, sentir ta respiration dans mes cheveux, dans mon cou, sentir battre ton cœur contre le mien, te caresser tout doucement, juste t’offrir cette douceur, cette tendresse, cet Amour inconditionnel sans autre attente en retour, partageant ce bonheur d’être EN VIE tout simplement, éternellement UN.

 Dans le cercle de Femmes auquel je participais hier soir, il était question de devenir des initiatrices, un petit coucou à Marie-France qui me dit depuis longtemps que je suis certainement là pour cela.

Et je me sentais déjà si proche de Marie-Madeleine condamnée pour l’avoir été, que je choisis à ce jour de me relier à Elle désormais, non parce qu’elle a été condamnée – je me libère de cette mémoire – mais bien en tant qu’incarnation de la Déesse.

 Alors au travers de cette École des Femmes Lumière et de la sororité que j’y perçois, je me sens apte à poser cette intention d’être de plus en plus une initiatrice pour l’Homme.

 Veigné le 4 janvier 2016.

 IMG_0657 PS : Clin d’oeil de LA VIE au moment ou je termine cet écrit,  clin d’oeil que j’ai envie de traduire en espagnol : «  mas que nunca », la magie d’internet et des notifications qui s ‘affichent au fur et à mesure qu’elles arrivent dans ma boite mail, j’adore l’humour de nos anges, guides, je ne sais comment les appeler, merci pour ce signe de leur présence  à mes côtés et  merci à Antonio leur messager. Sortie du contexte, ce « mas que nunca » ne dira rien au lecteur, mais pour moi, cela évoque les débuts de la conscientisation du rôle de la Femme et du mien en particulier dans le processus d’évolution de l’humanité ( avril 2012 )

 

 

J’ai joué au Père Noël.

Dans le Klindoeil des Z’éveilleurs de ce 20 décembre, j’avais suggéré à mes lecteurs et lectrices qui sont de loin les plus nombreuses, de confier leurs demandes au Père Noël, tout en précisant leur disponibilité dans leur emploi du temps pour le passage de celui-ci. En effet en 2015, il peut-être sympathique de ne plus jouer à cache-cache avec un bonhomme à grande barbe, mais bien de lui parler réellement.

noel_rene005-4b346Ce sont donc 23 lettres messages exactement que j’ai reçus, tous soulignant un besoin d’aller plus loin dans un chemin personnel. En voici d’ailleurs quelques extraits tirés des messages auxquels j’ai pu répondre en direct en ce jour de Noël

…….Mes peurs sont certainement nombreuses, cependant la plus grande est de manquer financièrement……je suis seule à pourvoir à mes besoins.
Quel cadeau puis je te demander, une confiance digne de la tienne, dans le retour de l’ abondance , et puis une capacité de folie, un stock de courage et d énergie !
Et peut être autre chose , je te laisse dans ta sagesse me surprendre d un cadeau inattendu. Dominique

Cher Père Noël ,je te demande de rafraichir mon regard sur ma vie et la force pour repartir avec une nouvelle énergie! je veux oublier les échecs et découragements,trouver la façon pour sortir ,faire profiter de mes talents  et d’en avoir aussi un retour financier..
à la maison je deviens mère nourricière, tournant en rond, étouffée par mon propre regard sur le rôle que je dois jouer. Et de me dire que je n’assure pas me bloque pour avancer..
je te laisse cette lettre, ……. je ne sais pas comment tu fais. Belle ronde de toute façon! Rien que de t’écrire, cela m’a déjà fait du bien..Bisous ! Doro.

Bonjour Père Noël,
Mon souhait: juste une étincelle……Je voudrais retrouver l’étincelle de l’envie de vivre, de sortir du noir, de me retrouver dans mon être incarné ……. Juste une étincelle pour relancer le feu et retrouver la joie d’avoir envie des autres sans en avoir peur. Une étincelle pour m’éclairer et rassurer l’enfant Moi qui erre et se cogne dans sa vie de  »Grande Personne  ».
Merci et même si j’imagine que les petits enfants sont prioritaires je guetterai le sillage de ton traineau d’argent dans le ciel de décembre.
Bisou à toi, aux lutins et aux rennes !! Claude

Je voudrais vous remercier encore Anne, Louise, Claude, Dominique et les autres de ces échanges téléphoniques que nous avons eus, puisque je vous ai fait cette surprise de vous appeler ce jour de Noël. de ces échanges teintés d’authenticité, dont  il ressort pour certaines que le fait d’avoir écrit avait déjà déclenché des prises de conscience et des décisions avant nos conversations, signe de la rapidité des réponses de LA VIE, et pour d’autres que nos conversations étaient de réels  éclairages sur les situations vécues.

Pour moi ce fut dans tous les cas une grande joie que ces partages de coeur à coeur qui m’ont aussi ouvert de nouveaux horizons me donnant grandement envie de créer un rubrique courrier des lecteurs(rices)  dans le Klindoeil des Z’éveilleurs. Je pose cette demande et je fais confiance à LA VIE pour les moyens de réalisation.

Gratitude, amour et joie. Maria

Se poser les bonnes questions.

Ce matin une envie d’écrire à ce sujet et que je laisse passer et puis une heure plus tard sur ma page facebook via Benoit une série de questions à propos de l’actualité, de la situation dans le monde, et pour être complète sa propre réponse … mais surtout j’y vois un message pour moi de me mettre devant le clavier. Merci Ami messager du jour – qui est bien encore la nuit d’ailleurs pour toi au-delà de l’océan.tableau Patrick

C’est vrai Benoit que se poser des questions c’est le début de l’éveil, et j’en parlais hier avec Véronique que je rencontrais pour la première fois, et l’incontournable question du qui es-tu, mais aussi qui suis-je puisque cette fois-ci, il n’y avait ni interviewée, ni intervieweuse, juste deux personnes qui se découvraient, je serai même plus précise en disant que Julia était aussi avec nous et que c’est non loin de la cheminée, que nous avons savouré ces moments de bonheur avec un thé parfumé à souhait et une brioche de Noël non moins délicieuse.

Et notre conversation est présente ce matin qui me fait m’interroger : pourquoi ai-je vécu cinquante années sans me poser de questions ? Et la réponse spontanée, là, tout de suite, qui jaillit en écrivant, est mais «  la curiosité est un vilain défaut »

Je peux vous dire qu’en le notant, cette croyance, bien polluante se blottissait, je dirais même se terrait, se vautrait dans les méandres de mon inconscient, impunément, là où je la découvre en direct pour vous chers lecteurs.

« Houhou ! Houhou ! Je t’ai vue ! Trouvée ! Et tu ne m’appartiens pas ! »

« Et puis toi, la curiosité que j’ai donc considérée comme telle, viens par ici que je te serre dans mes bras, que je t’embrasse et te câline pour que ma Lumière intérieure fasse de toi un bijou de valeur à accrocher à mon cou ou à passer à mon doigt. »

………. Accueil, transformation…….. voir les outils sur mon blog

Voilà ça c’est fait !

Et puis ce silence imposé par l’adulte : « tais-toi, on ne parle pas à table » et pour nous en convaincre, le mètre métallique posé à côté de l’assiette du père pendant le repas, ou bien encore ces menaces oubliées prononcées par un voisin qui me fait subir des attouchements, menaces inscrites cependant dans mes mémoires cellulaires et dont je me libère ces jours-ci en me réconciliant avec mon enfant intérieur. Et puis silence imposé dans ces familles où tant de secrets sont jalousement gardés.

……… idem ………

Et ça aussi !

Et j’en reviens à mon histoire de cinquante années sans me poser de questions, sans doute aussi, engluée de plus en plus dans une souffrance qui faisait mon quotidien, une survivance en quelque sorte, comme cachée dans une cave non sans quelques petites fenêtres qui s’entrouvrent à l’occasion, mais que je laisse vite se refermer tant la Lumière qui éclaire ce quotidien peut déranger. Enfin c’est mon interprétation de ce jour car dans ces moments-là, je n’ai pas conscience de cette Lumière qui dérange.

Mais celle-ci est là aussi blottie sans que je le sache, cette source originelle au fond de moi-même et elle insiste, elle ne demande qu’à s’exprimer à travers moi, et comme dorénavant j’accepte totalement que je suis dans ce corps, pour expérimenter cette Lumière, je remercie tout ce qui a fait de ces cinquante années cette vie de galère que je me suis créée de toutes parts.

Pour en arriver là, il m’en a fallu des expériences de plus en plus difficiles à vivre, jusqu’à celle-ci supplémentaire : le passage de mon second mari de l’autre côté du voile. Et les questions ont fusé du fond de ma souffrance.

Pourquoi tant d’injustice ? Pourquoi m’as-tu laissée seule ? et toute une série de questions qui concernaient l’autre, les autres et leur possibilité d’y répondre, et peu à peu sont apparues des questions dans lesquelles j’étais plus impliquée

Pourquoi est-ce encore à moi que cela arrive ? Qu’est-ce que j’ai fait pour vivre cela ?

Pas très loin de cette autre croyance que j’ai écartée depuis un moment maintenant et qui s’exprime de cette façon après une chute et une belle écorchure : je te l’avais bien dit, fallait pas courir, t’as que ce qu’ tu mérites – tout juste s’il n’y était pas ajouté : c’est le p’tit Jésus qui t’a punie.

Une chose est certaine aujourd’hui, ce fût l’ultime énorme, grosse, insurmontable, et j’en passe des qualificatifs, expérience, non qu’il n’y ait pas encore des périodes de souffrance sur mon chemin, étant en plein au cœur d’une nouvelle en ce jour précisément, mais les qualificatifs évoluent puisque j’ai appris à trouver la pépite qui s’y cache.

Et pour cela j’ai seulement quelques questions à mon répertoire, questions qui sont tout autant valables pour les évènements de mon quotidien, que pour les évènements relatés dans les médias, de proximité ou bien très éloignés, questions qui sont désormais pour moi les bonnes questions et dont je vous fais cadeau.

Qu’est- ce que je ressens au cœur de cette situation ?

Comment est- ce que je me sens ?

Quelle partie de moi-m’aime est touchée ?

Et puis après ?? Plein de réponses dans mon blog http://lumiereduchemin.com/category/mes-experiences-de-vie/

réponses que j’ai trouvé en moi j’y suis habilitée, c’est MA respons -habilité

Et en conclusion, je pense à ce qui suis-je d’un ami très cher, merci de me la souffler :

Dieu que la Vie est belle

parce que je commence à m’aimer.

Veigné le 24 novembre 2015. Maria

D’actualité pour moi,  » être ou faire  » ?

Merci Fabienne, d’avoir mis ce magnifique message sur ton blog, je m’empresse de le partager via le mien tant il correspond  à ce que je vis en ce moment, et je m’empresse d’accueillir  les moments de désoeuvrement  sans culpabiliser. dyn005_original_800_600_pjpeg_2534793_56126ee4f437e458d02602b8e74fc1cd

Merci aussi à Caroline Faget,  la traductrice de ce message de l’ange

« Cher Haziel, parfois je me sens lasse. Je m’ennuie et je ne sais que faire de moi. »

« Ma chère Caroline, en vérité il n’y a rien à faire, seulement à être. Mais peut-être que dans ces moments-là, tu hésites entre le « faire » et « l’être » ? Vois-tu, l’être humain est complexe et sa tâche n’est pas facile. Il hésite souvent et ne sait se positionner entre le faire et l’être. Il sait intuitivement qu’il est, c’est-à-dire qu’il est connecté à son Soi profond sans être obligé de faire quoi que ce soit. Cependant il possède aussi un corps incarné sur terre, ce qui le ramène à la matière et au faire. Continuer la lecture de D’actualité pour moi,  » être ou faire  » ?