Introspection matinale : merci Claudette

20 minutes de marche, plus ou moins afghane au départ, et qui, oubliant les respirations, me ramènent vers toi   ce matin, Claudette, dans cette belle douceur de début novembre malgré l’heure matinale.

Ce qui m’interpelle a toujours besoin d’être éclairci pour moi-m’aime. Et je commence tout naturellement par ce qui m’a interpelé, ce dont voici la trace au travers d’un échange de messages privés sur Facebook.IMG_3057

Bonjour, tu remarqueras sans doute que j’ai retiré ton invitation de ma page FB. J’en laisse très peu. De plus, ça m’a fait étrange que l’on m’oblige à m’inscrire avant de me dire de quoi il s’agit. Je te souhaite le meilleur. Avec tendresse. Claudette

Bonjour Claudette, je n’ai en aucun cas mis l’intention d’obliger quiconque à s’inscrire, et quand je suis en Vie de faire passer un message, j’assume tout à fait le refus de celui qui est en passe de le recevoir. Il me semble cependant avoir mis le lien vers la page d’accueil du Festival des Z’éveilleurs qui explique bien ce qui attend le visiteur. pour ma part j’ai pris le temps de visionner ta vidéo sur « assumer » et j’ai complètement adhérer, ce qui m’a permis de la partager sur la page du Festival. Avec tout mon amour Maria

Je revivais donc cet échange et pour toi ami lecteur, je me dois de te donner le début de l’histoire. Créatrice du Festival des Z’éveilleurs, j’ai à cœur de diffuser auprès du plus grand nombre les messages d’Amour qu’il véhicule en émettant juste le vœu qu’ils suscitent l’envie d’être en Vie   pour de plus en plus de frères et sœurs en humanité.

Ainsi lorsque sur la page de Pascal Hastir, par ailleurs intervenant sur le Festival des Z’éveilleurs, un désir de cliquer sur la photo de Claudette s’est manifesté, il m’a été facile d’y céder et de lui demander de rejoindre la liste de mes amis, d’autant que je sais avec quelle parcimonie Pascal choisit ses amis.

Claudette ayant accepté ma demande, avec la spontanéité qui me caractérise, je l’en ai remerciée en mettant simultanément un lien vers le Festival pour elle-même et ses amis.

Après cette publication, j’ai parcouru la page de Claudette et y ai bien évidemment trouvé tellement de richesse que j’ai même choisi de suivre sa page, pensant bien y trouver très vite d’autres témoignages à partager.

S’en est suivi la conversation ci-dessus, et prise dans les activités journalières, ce n’est que ce matin donc que cette conversation m’interpelle à nouveau.

Et dans ce cas, je retourne dans le moment que j’ai vécu, pour mettre des mots sur mes ressentis ; ce qui me vient spontanément : me sentir jugée sans autre forme de procès, me sentir coupable de spontanéité, coupable de suivre mes intuitions, A nouveau, j’assume ce qui se produit, je respire et je choisis l’Amour de Soi , je choisis de déployer mes ailes. Merci Claudette et merci à la nature toute proche qui m’a permis ce moment d’introspection matinale.

Maria

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.