Grande randonnée ou chemin de pèlerinage ?

C’est Pierre qui se pose cette question dans le bulletin Camino de ce mois-ci, article que je découvre alors que Rémi qui a quitté Rome à pied à la fin du mois de février, fait une halte pèlerine en ma demeure, pour poursuivre son périple vers le Mont Saint Michel en empruntant un tronçon du chemin de Saint-Martin.

Plutôt que répondre à Pierre seulement, me voici donc  avec vous pour m’exprimer sur le sujet.

Ayant moi-même dis OUI je pars à Saint Jacques il y a maintenant 10 ans et pour avoir depuis cette date beaucoup fréquenté les différentes voies,  sans forcément d’ailleurs les avoir empruntées puisqu’une bonne partie de ces fréquentations s’est passée dans les accueils pèlerins, je pense avoir vérifier ce qui se dit : on part randonneur, on revient pèlerin.

La différence et je ne l’ai pas conscientisée de suite après le chemin, est dans l’intention qui se pose  dans  la démarche.

Ainsi lorsqu’une amie m’a dit, lors d’un tirage de tarot :  je te verrais bien aller à Saint Jacques cette année, et qu’après quelques explications – moi qui n’en avais jamais entendu parler – j’ai tendu la main en disant : top là, Catherine, je pars à Saint jacques, j’ai ce jour-là, bien inconsciemment dit ce OUI à la VIE qui crée toute la différence.

Dans l’inconscient collectif,  une chemin de pèlerinage a une  autre résonance et en empruntant ce chemin, notre Être entre en résonance avec cette vibration, cette énergie qui nourrit le chemin. Les milliers de pas mis dans les milliers de pas avec cette intention de marcher vers plus grand que soi, de se libérer d’un fardeau qui nous encombre, portent le pèlerin : les chemins de pèlerinage sont des chemins initiatiques.

J’aime assez à dire que « le chemin nous parle », le chemin est un enseignant.

  • les ampoules, les entorses, autant de façon pour le chemin, en utilisant le langage du corps, de nous adresser ces messages –
  • les rencontres qui nous renvoient le reflet de nous-mêmes, une autre manière pour le chemin de nous rencontrer nous-mêmes  –
  • les moments de solitude qui permettent l’introspection –
  • la nature  si présente et qui nous offre l’émerveillement

Le chemin, la VIE  ?  la VIE, le chemin ?

Pour reprendre les paroles de Jésus, Bouddha et tant d’autres  :

IMG_3910JE suis le chemin,

JE suis la Vérité,

JE suis la VIE

Quand ce JE a expérimenté le chemin de pèlerinage, quand ce JE  est consciemment,  pèlerin de LA VIE, alors le chemin de grande randonnée  peut avoir pour lui ce parfum du chemin de pèlerinage, car OUI  c’est mon intime conviction la VOIE du pèlerin est là où les pieds du pèlerin de Lumière sont posés.

J’ai l’immense privilège de fréquenter la VOIE du Pèlerin selon Saint Martin de TOURS , propos recueillis  par Silverine , cette VOIE  qui se décline en 7 voies celle de l’Amour, celle du Choix, celle de l’Engagement,  celle de la Bonté et de la Générosité,  celle de la Compassion, celle de la Prière et celle du Silence.  Ces enseignements qui nourrissent ma réflexion en ce domaine. j’aurais aussi l’immense privilège de les partager avec ceux qui en ressentiront l’appel lors de séminaires organisés en Touraine sur le chemin de l’été de la Saint Martin, dès la première semaine de juillet 2017.

Dans la Joie du partage.

Maria.

Une réflexion au sujet de « Grande randonnée ou chemin de pèlerinage ? »

  1. Bonjour
    Le « hasard » m’a conduit sur votre site.
    Vos mots, vos articles m’ont beaucoup touché.
    J’y ai aussi trouvé une réponse, une très belle synchronicité.
    Merci pour vos beaux partages.
    Recevez mes plus belles pensées
    Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.